Résolution sur les questions relatives aux Régions d'Amérique du Nord et des Caraïbes

CONTRE LA TRAITE DES ENFANTS À DES FINS D’EXPLOITATION OUVRIÈRE ET DE TRAVAIL SEXUEL

 

Le 7e Congrès mondial de l’Internationale de l’Éducation (IE), réuni à Ottawa, au Canada, du 21 au 26 juillet 2015:

 

1. Reconnaissant que la traite des êtres humains est un sérieux problème dans la région et un phénomène mondial qui chaque année piège des millions de personnes dans un cycle d’exploitation, qu’il s’agit d’un affront aux droits humains individuels mettant en péril la sécurité de nos communautés de par le monde; que la traite des êtres humains génère annuellement 36 milliards de dollars, ce qui en fait l’une des plus grandes entreprises illégales dans le monde;

 

2. Considérant que des centaines de milliers d’enfants - filles et garçons au début de l’adolescence - risquent d’être entraînés dans ces trafics à des fins d’exploitation ouvrière ou de travail sexuel, qu’ils doivent souvent faire face à des abus physiques et psychologiques, à l’isolation sociale, à la perte de l’éducation et à des problèmes de santé critiques; qu’ils sont issus de groupes vulnérables ou marginalisés, y compris des groupes de migrants non informés, de fuyards ou de pauvres; que les victimes peuvent avoir à affronter de longs processus de récupération marqués par la stigmatisation, le stress post-traumatique et les dossiers judiciaires;

 

3. Sachant que notre rôle d’éducateurs/trices fait notre la lutte contre la traite des êtres humains; que ces enfants vivant dans nos communautés et fréquentant nos écoles courent des risques; que les enseignant(e)s, les personnels de soutien de l’éducation, les conseillers/ères et les infirmières en milieu scolaire sont souvent les premiers à détecter l’exploitation de nos jeunes les plus vulnérables; et

 

4. Étant donné que notre rôle de syndicalistes fait également notre la lutte contre la traite des êtres humains; que nous devons former les membres de nos syndicats pour qu’ils soient en mesure de faire face à ce problème sur leur lieu de travail; que les syndicats ont la possibilité de négocier pour s’assurer que leurs membres sont formés pour acquérir des compétences d’intervention et d’atténuation.

 

5. Le 7e Congrès mondial:

a. Engage l’IE à prendre part activement dans la lutte pour mettre un terme à la traite des êtres humains et sauver les enfants, aux côtés d’autres parties prenantes comme INTERPOL, l’Organisation internationale du Travail et l’Initiative mondiale des Nations Unies contre la traite des êtres humains.

b. Demande à l’IE, forte de l’expérience de ses affiliés, de créer et de disséminer des ressources afin d’informer et d’éduquer les membres de ses affiliés et de les aider à identifier et à atténuer la traite des êtres humains; et

c. Demande instamment que l’IE développe ou recense les outils pédagogiques développés par ses affiliés, les ONG et les partenaires afin de les transmettre aux affiliés et aux enseignant(e)s, expliquant aux jeunes comment réagir s’ils soupçonnent ou sont témoins de la traite d’êtres humains, et comment la reconnaître et se protéger pour éviter qu’eux-mêmes et leurs pairs en soient les victimes.

Partagez cette page