• Accueil
  • News
  • Les syndicats de l'éducation s'engagent pour l'élimination de la violence et du harcèlement dans le monde du travail

Les syndicats de l'éducation s'engagent pour l'élimination de la violence et du harcèlement dans le monde du travail

Les syndicats de l'éducation s'engagent pour l'élimination de la violence et du harcèlement dans le monde du travail

"Ratifiez la Convention 190 de l'OIT maintenant", tel est le message qui a été repris lors du webinaire organisé par l'IERAF le 29 novembre sur la convention qui vise à éliminer la violence et le harcèlement dans le monde du travail. Le webinaire, auquel ont participé 106 dirigeants syndicaux, membres du RAFED et militants pour l'égalité des sexes, a été organisé dans le cadre des 16 jours d'activisme mondial contre la violence basée sur le sexe et des efforts de l'IE pour encourager les syndicats de l'éducation à lutter contre la violence basée sur le sexe.
 
L'atelier a été modéré par Teopista Birungi Mayanja, Présidente du Conseil d'administration de l'UNATU. Les membres du syndicat ont été guidés pour approfondir leur compréhension de la Convention 190 de l'OIT et de l'importance de la lutte contre la violence et le harcèlement sur le lieu de travail. Les représentants des réseaux nationaux du RAFED ont partagé les expériences de leurs campagnes syndicales visant à encourager les pays à ratifier la C190 de l'OIT.  Les stratégies de lutte contre la violence et le harcèlement dans les structures syndicales ont également fait l'objet d'une réflexion. D'autres présentations ont été faites par Madeleine Kennedy-Macfoy, Coordinatrice de la recherche, de la politique et du plaidoyer au siège de l'IE, et Lucy Barimbui, Coordinatrice Régionale de l'IE Afrique.
 
Le Dr. Dennis Sinyolo, Directeur Régional de l'IE pour l'Afrique, a exhorté les participants à faire pression sur leurs gouvernements pour qu'ils ratifient et appliquent la Convention et a insisté sur la nécessité d'éradiquer la violence et le harcèlement des institutions éducatives. Il a appelé les syndicats à faire pression sur les parlementaires, les ministres du gouvernement, les premiers ministres et les présidents pour qu'ils ratifient et appliquent la Convention.
 
"Les gouvernements doivent mettre en place des mesures politiques, juridiques et pratiques, y compris des mécanismes de suivi et d'établissement de rapports solides pour éradiquer la violence et le harcèlement sur le lieu de travail.  Les syndicats doivent développer et adhérer à des codes d'éthique professionnelle, garantissant le respect et les droits des étudiants, des collègues et des subordonnés, a-t-il conseillé, ajoutant : "Nous devons mobiliser nos membres et construire des alliances avec d'autres syndicats, des centrales syndicales, des organisations de la société civile, les médias et d'autres partenaires. Car ensemble, nous sommes plus forts".